Signature de l'accord encadrant le processus de modernisation

Publié le par CGT Voix du Nord

Le Syndicat du livre CGT METROPOLE NORD
a signé l'accord encadrant le processus
de modernisation pour les collèges employés,
ouvriers et cadres techniques.

Depuis le grand show de la direction du 19 septembre, une quarantaine de réunions de travail et de préparation avec nos délégués ou de négociations avec la direction se sont tenues.
Dans un premier temps, jusqu'à la mi-décembre pour les assistant(e)s d'édition, les employés du siège et le prépresse puis conclusion d'un accord le 19 décembre, et dans un deuxième temps, de fin décembre à fin janvier pour les servies de la Pilaterie puis conclusion d'un accord le 2 février, sans oublier les conditions de départ des futurs licenciés.

Malgré les nuits blanches et les coups de fatigue, nous avons défendu pied à pied nos positions.

Notre organisation syndicale a été le moteur de ces négociations et nous pouvons dire sans fausse modestie, que notre travail a permis, tant pour les employés que les ouvriers, d'aboutir à des accords corrects malgré les obstacles majeurs qui se dressaient devant nous :

  • la numérisation des annonces classées et les évolutions de comportement du consommateur qu'il a bien fallu anticiper, 
  • l'intégration de la contrainte de la parution du 7ème jour,
  • l'évolution technologique des nouvelles machines provoquant des sureffectifs à la Pilaterie,
  • et pour couronner le tout, la nécessité de conclure dans des temps très courts afin de permettre la commande des rotatives au plus vite, en vue d'une mise en service impérative dans le dernier trimestre 2008.

D'entrée, nous signifions à la direction que nous rejetterions tous projets de réorganisations synonymes de baisse de rémunération (paiement sur le chiffre d'affaires pour les uns et garanties d'heures majorées pour les autres).
Sans entrer dans le détail, nous pouvons dire que nous avons été ententus.
Des compensations pérennes ou indemnisées sur plusieurs années ont été obtenues.

Une revendication majeure pour les employés :
l'application de l'accord de 1978, revu en 2003, sur l'attribution du coefficient 141 minimum à toutes les assistant(e)s d'édition (actuellement les coefficients varient du point 125 au point 155).
Notre objectif étant de nous appuyer sur ces accords pour faire progresser les autres catégories d'employés dans le cadre de la classification*.
Tous les syndicats ne l'ont pas compris, l'un de leurs représentants allant jusqu'à trouver notre bataille sur le point 141 injuste pour les autres catégories d'employés.

Les assistant(e)s d'édition sont appelé(e)s à changer de fonction en devenant assistant(e)s d'agence. Ce changement impliquant la disparition de la prime sur le chiffre d'affaires aurait pu être un obstacle.
Nous sommes malgré tout arrivés à ce que tout(e)s les assistant(e)s d'édition en poste actuellement atteignent, par paliers, le coefficient 140 au 1er juillet 2010.
La prime sur le chiffre d'affaires va disparaître au profit d'une prime sur objectif, la différence constatée sera transformée en valeur personnelle. L'évolution du coefficient de 130 à 140 y sera imputée.
Les assistant(e)s titulaires d'un coefficient supérieur à 140 le conserveront.

*M. Jacques HARDOIN confirme que la classification des employés doit aboutir fin juin 2007.
Nous entendons bien, avec votre aide, peser de toutes nos forces pour atteindre notre objectif.

Lille, le 20 février 2007

Publié dans Tous collèges

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article