La Provence : Rossel attendu à Marseille (source le meilleur de marseille)

Publié le par CGT Voix du Nord

Fin de parcours pour Groupe Hersant media dans la gouvernance de la presse quotidienne régionale du Sud-Est. C’est cette semaine que Rossel (*), nouvel actionnaire de référence, devrait faire sa première apparition à Nice et à Marseille. Si la restructuration bancaire de la dette de GHM est signée, l’accord entre les deux groupes n’est cependant pas complètement finalisé. Le cas de Paris-Normandie est venu récemment ajouter un peu de complexité au dossier, les syndicats demandant à ce que le petit groupe des quatre quotidiens normands, en règlement judiciaire, soit mis dans la boucle de la reprise (**).

Dans les réunions de Comité d’entreprise la direction de La Provence parle encore de « rapprochement entre nos deux groupes ». La réalité est bien différente.

Fin de partie pour Philippe Hersant.

Les ventes de La Provence ont chuté de -8,3% dans les kiosques en 2011 et -7,9% en janvier 2012.Le montage qui a été imaginé par le groupe belge Rossel pour la reprise de GHM, surendetté, plombé par feu sa presse gratuite d’annonces (Comareg) et les mauvais résultats de plusieurs de ses titres payants, préserve l’amour propre de Philippe Hersant. Celui-ci, dont une pétition intersyndicale dénonce « l’incompétence notoire à diriger un groupe de presse », devrait néanmoins prendre la présidence du conseil de surveillance de la nouvelle entité. Mais, dans les faits, Rossel, déjà aux manettes de La Voix du Nord, s’apprête à effectuer une entrée en bonne et due forme à l’Union de Reims-l’Ardennais (100 000 ex.), Nice Matin (210 000), La Provence (135 000) et peut-être Paris-Normandie (50 000). D’ailleurs, Bernard Marchant, l’administrateur délégué des 100 entreprises et 20 marques de Rossel, évoque désormais clairement un « développement sur le nord et sur le sud de la France » dans la présentation qu’il fait de son groupe.

La Provence à -8,3% dans les kiosques.

Bernard Marchant est attendu comme le Messie à Marseille où la nouvelle équipe mise en place à la direction de La Provence par Philippe Hersant, en septembre 2010, obtient des résultats calamiteux. Les ventes, que l’orientation éditoriale axée sur les faits divers, devait relancer, ont reculé en moyenne de 8,3% dans les kiosques l’année dernière, générant une perte de recettes de 650 000€ en dépit de la hausse du prix de vente du journal. La publicité a perdu 2,1 Millions€ par rapport au budget. Et les premiers mois de l’année 2012 ne sont pas meilleurs : en janvier, la vente au numéro continuait de reculer, à -7,9%, la publicité pointait à -10% et le résultat d’exploitation était négatif. Les bilans de février et de mars, qui ne sont pas encore connus, ne devraient pas changer grand-chose. L’activité reste fortement baissière au premier trimestre.

People ne survivrait pas à la reprise.

La seule innovation de cette nouvelle équipe, le lancement avec les éditions d’Arles et d’Aix-en-Provence d’un magazine People, le samedi, a accéléré la chute des ventes de l’ordre de 3,5% au terme de la troisième semaine de test. Si Rossel prend effectivement en main l’avenir du groupe, les jours de parution de ce sous-magazine national de ragots sur la vie des gens connus seront comptés.

Plan social et modération salariale.

Les organisations syndicales de l’entreprise ne s’attendent pas à ce que l’administrateur délégué de Rossel, annoncé pour vendredi 13 à Marseille, dessine l’avenir en rose. Des efforts de restructuration devraient être demandés tant en termes de salaires que d’effectifs pour prix de son installation aux commandes d’un navire actuellement sans cap.

Il serait question d’un plan social de quelque 500 emplois pour l’ensemble des sociétés figurant dans le périmètre de la reprise et d’un recours à la modération salariale. Un « guichet » serait ouvert favorisant les départs.

« Nous défendrons nos emplois et nos métiers dans la holding que GHM et Rossel sont en train de constituer, a prévenu l’intersyndicale de La Provence dans une pétition adoptée fin mars.Nous n’accepterons plus d’autres suppressions d’emplois dans nos journaux. »

Pourtant avec un ratio de 1 journaliste pour 1 000 exemplaires vendus, révélé lors de la récente fusion de La Voix du Nord et de Nord Eclair, les rédactions des titres méditerranéens seraient en « sureffectif ».

(*) Groupe Rossel: 495 millions€ CA, 3 500 personnes, né à Bruxelles il y a 125 ans avec le quotidien Le Soir, fondé par Emile Rossel.

(**) Mis en redressement judiciaire le 29 février, Paris-Normandie a vu le Tribunal de commerce du Havre prolonger, mercredi, la période d’observation jusqu’au 21 juin. Une offre de reprise à -88 emplois (sur 350) a été présentée par M.M. Elie et Huertas, les anciens dirigeants du Progrès de Lyon et du Dauphiné. La direction du journal a soumis, de son côté, un plan de continuation comportant 111 suppressions de postes.

 

Publié dans Tous collèges

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article