La bataille sur les salaires n'est pas terminée pour l'année 2010

Publié le par CGT Voix du Nord

Quand Jacques Hardoin a le sens du partage... mais c'était bien avant sa remise de médaille.

 

Quand l'ensemble des syndicats de la Voix du Nord propose de revaloriser les bas salaires, la direction, elle, décide unilatéralement de leur accorder 1% d’augmentation, et 0,5% pour les plus hauts (ceux qui touchent plus de 60 000 euros bruts) à partir du 1er juin. Dis comme cela, rien de choquant. Mais à la Filpac CGT, au SNJ-CGT et au S3C CFDT nous avons une autre conception du partage.

 

Trouvez-vous en effet normal qu'un jeune collègue, rémunéré à 1660 € brut par mois, voit son salaire augmenter de 16,60 euros brut au 1er juin. Là où le plus petit des hauts salaires (à environ 4380 € brut par mois) connaîtra, lui, une augmentation de 21,90 euros ! Nous ne pouvons pas l'accepter.

 

D'autant plus qu'au cours des deux réunions de négociations, l'ensemble des syndicats avait fait la proposition d'une base de calcul qui favorisait les salariés les plus en difficultés. La hauteur de l'augmentation était inversement proportionnelle à la rémunération. Une idée qu'ont rejeté en bloc les trois représentants de la direction (Jacques Hardoin, Marien Bonieux, et Arnaud Delannoy) prétextant « seulement » une difficulté d'application, avant de faire aux syndicats un procès d’intention dans leur capacité à expliquer cette prime à l’avenir !

 

Nous estimons qu'en ces temps difficiles. il est urgent de mettre en avant la notion de solidarité dans l'entreprise. Un concept que les directeurs de presse ont oublié depuis longtemps. La dernière augmentation salariale de branche date de près de deux ans (juillet 2008). Depuis, plus rien. Pourtant, l'inflation galope. Entre les mois de juin 2009 et juin 2010, elle se situe à + 1,6%, bien loin des 1% proposés par la direction de la Voix du Nord qui n'a pas manquée de dresser aux délégués syndicaux un tableau assez catastrophique des finances de notre journal (baisse de la publicité, baisse des ventes etc…).

 

Les salariés de La Voix du Nord ne peuvent pas rester inactifs devant cette situation où ils perdent du pouvoir d'achat et où ils risquent d'en perdre davantage au fil des mois, surtout dans un contexte où la charge de travail augmente partout, dans chaque collège.


La direction de La Voix du Nord doit rouvrir les négociations pour rediscuter des augmentations de salaires ! Car d’une part le compte n’y est pas et d’autre part on ne pourra pas se contenter de 1% pour toute l’année 2010 ! Les salariés, TOUS les salariés car nous sommes TOUS CONCERNÉS, doivent se tenir prêts à soutenir cette revendication : pas de perte de pouvoir d'achat dans une entreprise qui a les moyens d'accorder une revalorisation salariale !

 

Il n'est pas question de travailler plus pour gagner moins !

 

Publié dans Tous collèges

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article