DE QUEL PROJET S'AGIT-IL ?

Publié le par CGT Voix du Nord

 logo-filpaccgt2008.jpg

     

 

Le projet de réorganisation du groupe Voix du Nord ne concerne-t-il que la rédaction ?
Non, il concerne tout le personnel !

 

La thèse défendue par la direction présente un regroupement des rédactions des trois titres imprimés (Voix du Nord, Nord Eclair, Direct Lille) et une nouvelle définition du rôle de chaque rédacteur dans l’univers bi-média.
En vérité c’est une révolution. Le groupe Voix du Nord, avec le groupe Rossel et le Crédit Agricole, se lance dans une course au profit sur Internet. Son présupposé relève du bons sens : Internet bouleverse l’information et permet à tous les sites sur le web de concurrencer tous les autres. Donc il faut y renforcer la présence des titres.
Mais le but du groupe La Voix du Nord est de se lancer dans une très délicate opération : la source du profit est aujourd’hui le papier imprimé. Elle doit migrer, pour lui, vers Internet. Pas question d’arrêter le papier, mais d’en faire un partenaire minoritaire dans le chiffre d’affaires.

Conséquences ?
Les investissements et donc le retour sur investissements se font en direction du Net.
L’information locale, la poule aux œufs d’or, est soumise à la concurrence sur le net.
Le groupe La Voix du Nord se met en état de tension extrême dans un espace ultra-concurrentiel qui emporte tout le personnel et son avenir.

 

Y a-t-il un projet correspondant à l’identité et la fonction de chaque titre et chaque support (numérique et papier) ? Y a-t-il une réflexion sur les rôles de chaque support (Papier, Numérique – site, téléphonie, tablette, radio et télé numériques…) ?
Pas pour le moment…

 

Le projet est entièrement tourné vers Internet, sur la base de la course à la publicité et à la rentabilité des ventes d’informations dans ce réseau. Le système CCI NewsGate a cette fonction de fournir à tous les supports, à partir d’une base unique, tous les textes, sons et images nécessaires au multimédia.
Ce projet est en fait celui que beaucoup de groupes de presse envisagent. Tous au même moment se lancent à corps perdu vers Internet (Crédit Mutuel et son groupe de Presse, Le Figaro, Le Monde, Ouest France, etc.). Tous ces groupes vont s’affronter entre eux et s’affronter avec les géants de l’information mondialisée (Google, Apple, MSN, Yahoo, Facebook…).
Cette urgence s’explique par un mystérieux coup d’envoi qui a été donné du sommet du gouvernement, qui fournit aux directions de groupe un état major de conquête : un peu à la manière de la ruée vers l’or du Net. C’est le diktat de la concurrence…
Mais le calcul de base est bien le profit qui devra être alimenté par les ressources du Net plus que par celles du Papier.

 

Un projet à effectifs constants, sans perte d’emplois pour personne ? Des gains de productivité accumulés sur le Net sans conséquence sur la masse salariale ?

Les nouveaux « rôles », en fait les nouveaux métiers déjà présentés par l’Observatoire paritaire des métiers de la Presse, sont conçus par la direction pour prendre tout le travail. Là encore il s’agit d’une révolution.
La rédaction devrait se transformer, non pas simplement en une rédaction unique bi-média, mais en un lieu unique de travail au sein d’un siège éditorial unique et multi-média. Quid des autres ?
Pendant la constitution de cette plate-forme unique de travail, se déroulent des événements majeurs concernant l’impression. Le gouvernement a pris les choses en main et a produit le 11 mai 2011 un rapport concernant la mutualisation des moyens d’impression de la presse quotidienne nationale et régionale et du Labeur.

 

Un véritable séisme secoue le groupe.
Le personnel a le droit à la parole sur ce projet.
Les syndicats – dont la Filpac CGT Métropole Nord – ont le devoir de s’en emparer.
Il y va de l’avenir des titres et des emplois de toutes et tous.

Lille, le 20 mai 2011

Publié dans Collèges Journalistes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article