CCI-Newsgate: SORTIR DE L'IMPASSE (communiqué SNJ-CGT du Courrier Picard)

Publié le par CGT Voix du Nord

Le Snj-CGT a décidé qu’il ne participerait pas à la réunion de négociations sur la mise en place de CCI-Newsgate, programmée ce 26 février.

 

Lors des deux derniers rounds, la direction de l’entreprise empêtrée dans sa logique de réduction des coûts, s’est accroché becs et ongles au non remplacement de Didier Louis, souhaitant dans un premier temps ramener l’effectif de la rédaction à 86 journalistes, avant de proposer son remplacement par un CDD.

 

Cette obstination a mené les négociations à une impasse dont il devient urgent de sortir.

 

Le Snj-CGT réaffirme que la mise en place du projet cross-médias ne doit pas être un prétexte à une limitation des effectifs de la rédaction, pas plus qu’il ne doit servir à justifier une précarisation de l’emploi, avec un recours massif aux CDD. Surtout à un moment où s’achève la titularisation des nombreux jeunes confrères trop longtemps employés en CDD.

 

La mise en place de ce nouvel outil doit être l’expression d’une démarche offensive de (re)conquête de nouveaux lecteurs. Elle exigera une réflexion poussée sur la manière dont nous serons demain amenés à exercer notre métier de journaliste.

A fortiori à un moment Rossel achève d’absorber le pôle CAP-Hersant, ex-concurrent aujourd’hui « partenaire » au sein du groupe.

Quelles synergies rédactionnelles, quel partage des contenus, quels métiers au sein d’une rédaction appelée à travailler demain sur des supports multiples, comment valoriser le surcroît de technicité, le surcroît de travail, quelles formation censées permettre aux journalistes de mettre en œuvre ces nouveaux outils ?

 

Les questions de fonds sont trop vastes et trop nombreuses pour que nous acceptions de nous laisser enfermer dans un débat sur la question des effectifs. Elle finira par se poser. Le Snj-CGT attend de la direction qu’elle mette, en face de son projet, les moyens humains qui permettront sa mise en œuvre dans des conditions qui sauvegardent à la fois la qualité des contenus rédactionnels et les conditions de travail des confrères.

 

Dans l’immédiat, le Snj-CGT demande à la direction de procéder dans les meilleurs délais au remplacement numérique de Didier Louis. Ce remplacement est la condition sine qua non d’une reprise des négociations.

 

Toute autre attitude traduirait de sa part une volonté de passer en force, et enterrerait du même coup ses ambitions affichées sur CCI-Newsgate.

Publié dans CGT, ROSSEL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :