ARRETONS DE CRITIQUER ET AGISSONS ENSEMBLE.

Publié le par CGT Voix du Nord

 

logo-filpaccgt2008.jpg

 

 

Le départ massif d’ouvriers et d’employés, lors du dernier plan social, ajouté à la politique, déjà ancienne, de « promotion » d’un nombre important d’ouvriers et d’employés au statut de cadre ou d’agent de maîtrise (ceci est un constat et nullement une critique de ce personnel), a conduit à réduire l’écart entre les effectifs des collèges cadres et ouvriers/employés. A ce jour, le nombre de cadres est tout près d’égaler le nombre d’ouvriers/employés.

 

La direction a saisi cette opportunité pour faire appliquer la loi quant au nombre de sièges à pourvoir au comité d’entreprise et à la délégation du personnel. La direction départementale du travail ayant de son côté imposé un collège unique cadres/journalistes à la demande de Force Ouvrière, chacun comprendra que tout cela va affaiblir la représentativité des ouvriers et employés.

 

Pour la répartition des sièges, le collège ouvriers/employés ne pourra compter, au CE, que sur 2 titulaires sur 7 et 2 suppléants sur 7 (4 titulaires et 4 suppléants sur 8 auparavant), et à la délégation du personnel, que sur 3 titulaires sur 9 et 3 suppléants sur 9 (5 titulaires et 5 suppléants sur 11 auparavant).

Cette situation nous a conduit à faire des choix dans l’élaboration de nos listes. Ce fut un crève cœur de refuser à certains élus de se représenter et nous avons dû refuser l’entrée de nombreux volontaires.

 

Nous avons bataillé jusqu’au bout pour garder un nombres de sièges correct au CE pour le collège ouvriers / employés (notre souhait : 3 titulaires sur 7 et 3 suppléants sur 7). Nous y étions quasiment arrivés, une majorité d’organisations syndicales (Métropole Nord CGT, SNJ CGT, CFDT, et FO) s’étant prononcé pour. Mais au moment de signer le protocole, FO est revenu sur sa position.

 

Le résultat est connu, le collège ouvriers / employés ne sera plus majoritaire au CE.

 

Il ne suffit pas de critiquer par de grandes phrases les mauvais côtés de la loi de 2008 sur la représentativité syndicale. Concrètement, FO a contribué à l’affaiblissement du collège ouvriers/employés à la Voix du Nord (Un des côtés positifs de cette loi, c’est que désormais un syndicat minoritaire ne pourra plus imposer contre l’avis de la majorité, l’application d’un accord du fait de sa seule signature.)

 

Nous vous rappelons également que, FO avait demandé la création de deux établissements distincts : Lille et la Pilaterie. La direction de son côté menaçait, si cette proposition était acceptée, de faire de même pour les agences, ce qui aurait eu pour conséquence d’écarter le personnel des agences du comité d’entreprise. Heureusement pour nous tous, devant la direction départementale du travail, l’ensemble des organisations syndicales se sont fermement opposés à cette proposition, sauf FO qui a maintenu sa position. La Voix du Nord est une et indivisible.

 

Cela aussi c’est du concret.

 

La perte de sièges côté ouvriers/employés est compensée par le gain de sièges côté cadres/journalistes. A cet effet, la FILPAC Métropole Nord CGT, le SNJ CGT, et le S3C CFDT ont élaboré une liste commune. Cette liste devrait se retrouver en bonne place à l’issue du scrutin. Ainsi, ensemble, les élus ouvriers, employés, cadres et journalistes de la CGT et de la CFDT seront majoritaires au CE.

 

FO accuse la FILPAC Métropole Nord CGT d’être un syndicat corporatiste et se targue d’avoir signé l’avenant à la Pilaterie. En réalité FO n’a travaillé que pour une seule catégorie, le service des rotatives de nuit, même pas pour leurs collègues rotativistes de jour.

De notre côté, c’est l’ensemble des services techniques de la Pilaterie qui étaient concernés par cet avenant et que nous avons défendu. On se demande ce qu’il serait advenu de ces salariés si nous n’avions pas fait notre travail.

 

FO accuse a demi-mot la FILPAC Métropole Nord CGT d’être le syndicat du patron. Que ne les a-t-on vu pour nous soutenir lors de notre mouvement en faveur des bas salaires, plus particulièrement les employés, les auxiliaires à la Pilaterie et les commerciaux qui ont d’énormes difficultés financières (même la CGC le reconnaît).

Où étaient-ils lorsque le prépresse a débrayé contre la volonté de la direction de revenir sur un accord ?

 

Gonflée FO lorsqu’elle affirme aux assistantes d’agence avoir obtenu le point 140, alors qu’elle était muette et qu’elle n’a pas signé l’accord. Comment les salariés peuvent-ils reconnaître le vrai du faux (dit-elle) ? Certainement pas par de tels agissements !

 

Certes, elle a raison sur l’écoeurement des salariés face à la « désorganisation ambiante » et le mépris de plus en plus criant de certains membres de l’encadrement (pas tous heureusement) vis-à-vis de leurs personnels.

 

Mais mesdames et messieurs les représentants de FO : Assez de parlotte, assez de tirades inutiles, assez des attaques continues envers la CGT, assez des contre pieds politiques systématiques envers la CGT, assez de la campagne électorale permanente. Ne vous trompez pas d’adversaire.

Privilégiez le bon sens pour les salariés, et si vous estimez que parfois nous faisons fausse route, alors discutons en ensemble, dans la clarté et sans à priori électoraliste, et additionnons nos forces pour que la situation des salariés s’améliore.

Pour notre part, nous sommes disposés à travailler dans ce sens, quelque soit le résultat des élections. C’est ce que souhaite, nous en sommes persuadés, l’ensemble des salariés.

 

Nous lançons un appel à tous les salariés qui en ont assez des guéguerres et qui rêvent d’unité, seule garantie d’efficacité pour améliorer leur condition, à voter le 18 novembre pour nos listes. Car, si l’unité syndicale, ne se décrète pas, soyez sûr que nous ferons tout pour qu’elle se réalise.

 

Le 11 Novembre 2010

Publié dans Tous collèges

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article