Levée de la grève au Courrier Picard (source challenges)

Publié le par CGT Voix du Nord

Les salariés du Courrier Picard en grève depuis lundi ont mis un terme vendredi à leur mouvement après avoir obtenu la réintégration d'un journaliste licencié pour faute grave, qui sera cependant sanctionné et muté, a-t-on appris de source syndicale.

"Il y aura un journal demain" (samedi), a annoncé à l'AFP Fred Haslin, délégué syndical FO, sans pouvoir préciser dans l'immédiat si toutes les éditions du journal paraîtront comme d'habitude, en raison de la reprise tardive du travail, dans l'après-midi de vendredi.

Le Courrier Picard, quotidien intégré au groupe de La Voix du Nord, lui-même propriété du belge Rossel, et diffusé à 60.000 exemplaires, n'est pas paru vendredi.

De mardi à jeudi, il était sorti sous forme d'une édition unique, fabriquée par des cadres et des non-grévistes, au lieu des sept éditions locales habituelles dans la Somme, l'Oise et l'Aisne.

Le personnel était en grève depuis lundi pour réclamer la réintégration d'un journaliste licencié pour faute grave.

Le journaliste concerné, qui était chef d'édition de l'agence de Beauvais du quotidien régional et qui a une vingtaine d'années d'ancienneté, a été licencié samedi dernier pour une altercation lors d'une visite, début avril, à son agence, d'une délégation du Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) du journal.

"Il a été réintégré, avec 15 jours de mise à pied à partir du 2 mai. Il sera muté dans la Somme, pas au siège à Amiens, et garde son salaire", a précisé M. Haslin.

"C'est une victoire", acquise "sûrement grâce à la non-parution du journal" vendredi, a ajouté le syndicaliste.

Jeudi, le journaliste concerné avait refusé un poste que lui proposait le directeur général du Courrier Picard, Gabriel d'Harcourt, dans un autre titre du groupe à Charleville-Mézières (Ardennes).